Shenten Dargye Ling

Yungdrung Bön

Panthéon

Tout d'abord, nous distinguons deux types d'êtres

  • A. les êtres éveillés qui sont au delà du samsara
  • B: les êtres naturels et les déités qui sont encore dans le cycle des existences, c'est le cas pour les lha (terme tibétain pour "dieux"), tsen, dre, lu (naga).

1. Concernant les déités bönpos

A. les déités paisibles
B. les déités courroucées

A. LES DÉITÉS PAISIBLES

KUNTUZANGPO

kutuzangpoKuntu Zangpo est mieux connu sous le nom de Bouddha primordial à partir duquel Seigneur Shenrab s'est émané et a pris une forme humaine pour le bien de tous les êtres sensibles. En sanscrit, on l'appelle "Samantabhadra." Kuntu Zangpo veut dire "ce qui est le plus excellent et présent en tous lieux." Ainsi, nos textes anciens se réfèrent à Kuntu Zangpo comme étant "l'auto-présence éveillée", "le soi véritable" et la "Source du soi".

Dans l'introduction à la traduction anglaise d'une sélection du livre bönpo des morts, John Myrdhin Reynolds dit, "L'hommage qui ouvre le texte, Kuntu bzang-po rang-rig gsal-bar ston la phyag 'tshal-lo, invoque le bouddha primordial Kuntu Zangpo (Skt. Samantabhadra) comme étant l'auto-présence éveillée (rang-rig) qui se révèle clairement à elle-même (gsal-ba 'iston) au cœur de chaque être sensible.

Cette auto-présence éveillée se révèle et se montre à elle-même dans la vie ordinaire quotidienne de l'individu. La présence éveillée en elle-même atteste de la présence de Kuntu Zangpo, le bouddha primordial. Pour cette raison, le nom même de Kuntu Zangpo confirme la signification: ce qui est le plus excellent (bzang-po) est présent partout (kuntu) en chaque être sensible.

Cette présence est ce qui rend un être sensible (sems-can) sensible. Cela indique que la présence éveillée intrinsèque (rig-pa) est en tout un chacun, c'est une présence qui est en elle-même au delà du temps et de l'espace mais qui s'engage dans les infinis du temps et de l'espace."

En référence au Dharmakaya, la même désignation de Kuntu Zangpo est employée pour le bouddha primordial dans les écrits des vieilles écoles, à la fois nyingmapas et bönpos. Bien que Kuntu Zangpo représente le bouddha primordial qui a été éveillé depuis le tout commencement (ye sangs-rgyas), néanmoins, il est présent dans le cœur de chaque être sensible en tant que Base (gzhi) ou l'état primordial de l'individu.

En tant que Dharmakaya, il est sans limite, sans définition, ni division comme le ciel infini lui-même. il inclut tout totalement et comprend tout (khyab bdal chen-po). Comme il est dépourvu de et n'est pas limité par les pensées discursives ou concepts quels qu'ils soient, il est représenté dans les iconographies nu sans ornements, assis dans la posture de méditation au centre de l'espace infini. il est montré en posture de méditation ou les mains en mudra de samadhi parce qu'il représente l'état de la contemplation pure qui est au delà des calculs de l'esprit et de ses limitations conceptuelles. Il est assis sur une fleur de lotus immaculé parce qu'il représente une pureté primordiale totale.

Kuntu Zangpo est l'essence d'éveil ou la Bodhichitta (byang-chub sems) qui est totalement présente depuis le tout commencement en tant que pureté et perfection, mais qui n'est pas reconnue par les êtres sensibles ordinaires illusionnés, encore piégés dans le Samsara, à cause de l'élévation des obscurcissements fortuits qui voilent la présence de l'éveil primordial qui est Kuntu Zanpgo."

LES QUATRE SUGATAS

Au sein de la tradition Bön résident quatre Sugatas principaux (les déités bouddhas) en référence aux quatre déités paisibles:

  1. Sangpo Bumtri, le créateur
  2. Sherab Chamma, la mère de tous les bouddhas ou Satrig Ersang, son nom en langue du Shang Shoung: elle représente la perfection de sagesse.
  3. Shenlha Okar, la déité de la Compassion, une émanation Sambhogakaya de l'amour de Sangpo Bumtri dans le monde œuvrant pour Seigneur Tonpa Shenrab.
  4. Shenrab Miwoche, (Seigneur Bouddha Tonpa), le Bouddha Nirmanakaya et Enseignant du monde

 

B. LES DÉITÉS COURROUCÉES

Leur tâche est de combattre l' ignorance et les ennemis de l'enseignement.

Cinq YIDAMS: déités tutélaires qui gouvernent les rituels tantriques des tantras Mère et des tantras Père:

  1. Welse Ngampa aux 9 têtes et 18 bras
  2. Lhagö Togpa
  3. Trowo Khaging
  4. Welchen Gekhö: Dieu du mont Tisé au Shang Shoung avec 9 têtes, Dieu du cycle annuel
  5. Phurba: Dieu de l'action résolue, Khyung avec le pouvoir du Phurba (dague)

Zhang Zhung Meri: sur la montagne de feu de Meri
Takla Mebar: Dieu Tigre enflammé

 

Sidpai Gyalmo, Apse

2. Les déités de protection

  1. Sidpai Gyalmo "Reine du monde" chevauchant une mule, une des manifestations de Yeshe Walmo, avec un  visage noir et portant une couronne aux 5 crânes ensanglantés
  2. Palden Lhamo, protecteur très ancien
  3. Nyipangse: protecteur de l'enseignement Dzogchen de la transmission orale du Shang Shoung, il aide Welchen Gekhö; son visage est paisible et il porte un turban blanc; sa partenaire s'appelle Menmo, déesse issue de la famille Men.
  4. Apse: un dieu Tsen chevauchant un cheval et portant une armure
  5. Midü: un ancien démon converti au Bön
  6. Zhambhala Gonpo, aussi appelé le Namsé bleu: dieu de la prospérité et de la chance
  7. Gyalpo Shelthrab
  8. Gyalchen Dragpa Sengge: Grand Roi

 

3.

tapihritsa-smTapiritsa

Il était un pratiquant Dzogchen qui a vécu au 8è siècle et a reçu les enseignements de la tradition orale du Shang Shoung avec le 24è maître Tsepung Dawa Gyaltsen; après neuf années de pratique solitaire, il a réalisé le corps d'arc-en-ciel. Dans le but de transmettre le Zhang Zhung nyen Gyud, il se manifesta en petit garçon et rencontra Nangzher Löpo qui est devenu son disciple. il a donné la permission de coucher par écrit le Zhang Zhung Nyen Gyud à Nangzher Löpo.

 

Drenpa-Namkha-smDrenpa Namkha

Il y a trois incarnations de Drenpa Namkha selon trois époques. La première est celle de Drenpa Namkha du Tazig, la deuxième celle de Drenpa Namkha du Shang Shoung et la troisième est Bökyi Drenpa Namkha, un maître tibétain. Ce dernier était un grand siddha qui vivait au 8è siècle et qui a étudié et maîtrisé plusieurs langues; il a aussi voyagé dans plusieurs sites sacrés au Shang Shoung, en Inde et dans le Drusha. Il est à la source des enseignements du Yetri Thasel (l'un des
quatre textes bonpos du Dzogchen) Il apparaît généralement de couleur bleue parce que le premier Drenpa Namkha s'était émané de Kuntu Zangpo sous la forme de la syllabe A de lumière. Il était également né miraculeusement dans un lotus bleu. Dans sa main droite, il tient un yungdrung qui représente l'état non né et impérissable de sa sagesse et de ses enseignements. Dans la main gauche, il tient un crâne rempli de nectar (amrita) qui représente les siddhis, les pouvoirs magiques.

 

Lishu TagringLishu Tagring

Il était un grand maître Dzogchen de la lignée Drakpa Korsum né en 1751. Il a composé un commentaire sur le Dzogchen Drakpa Korsum ainsi que le cycle d'enseignement complet dud Dzogchen Yongtse Longchen. Il a voyagé à Olmo Lung Ring et a rapporté plusieurs enseignements au Tibet. Il est connu aussi pour se spouvoirs magiques, il était notamment né fille et est devenu un garçon plus tard dans sa vie.

 

Joza Bonmo

Elle est née à  rTsang-po Dag-shod. Elle était la partenaire de Lishu Tagring et a réalisé le corps d'arc-en-ciel en étudiant le Dzogchen Yetri Thasel (le fait de débarrasser les extrêmes de l'esprit
primordial).

Nyame Sherab Gyaltsen
Nyame Sherab Gyaltsen

Il a vécu au 14è siècle dans le Tibet oriental. Pendant sa jeunesse, il a rencontré plusieurs maîtres réalisés et a visité le monastère de Yeru Wensakha près de Shigatse; il en est devenu le 19è abbé. Après la destruction de ce monastère par une inondation, lors de son absence, Nyame Sherab Gyaltsen l'a faire reconstruire plus en hauteur dans la montagne. Le site est maintenant connu sous le nom de Menri. Il a rétabli le système ancien de discipline monastique, d'éducation
et de pratique de Yeru Wensakha. Il est reconnu comme le Gyalwa Nyipa (le deuxième Bouddha), et son anniversaire est fêté le 5è jour du premier mois tibétain chaque année, après le Losar.

 

Mawai SenggeMawai Sengge

Il est la déité de sagesse du Yungdrung Bön. Sa lumière dissipe l'ignorance ce qui permet à la sagesse de s'accroître en chaque être; elle représente la plus haute manifestation de vérité et de justice. Il est invoqué par la communauté monastique pour la guider lors des débats, des joutes oratoires. Il porte une épée dans sa main droite, symbole du pouvoir obtenu grâce à la vérité et à la justice pour éliminer l'ignorance et l'attachement. Sa main gauche est en position de mudra de la déclaration de la vérité du Bön, et de son bras s'élève une fleur de lotus de pureté soutenant une lumière sainte. Il est assis sur un trône de dragon qui démontre de la qualité éveillée de sa Parole.

Abonnez-vous à notre liste de mailing

Gardez le contact et recevez notre bulletin, les informations concernant les retraites et les événements à venir.

Nom *
Adresse Email *

Visitez Shenten Dargye Ling

En dehors des retraites organisées, les membres sont bienvenus pour des retraites personnelles courtes (maximum 3 semaines consécutives), ou pour nous rejoindre et nous aider à maintenir le centre (travaux de jardinage, travaux de peinture...)

 

Pour plus d'informations concernant les projets actuels et comment vous pouvez aider, veuillez envoyer un message à: contact@shenten.org

stupa-bon

Vous êtes ici: Yungdrung Bön Panthéon